datadatablog

Composition avec lignes 1917 / 1965

leave a comment »

Les compositions avec lignes de Piet Mondrian, dont Pier and Ocean IV  était un premier exemple, ne se prêtent pas à des connexions posthumes avec les partitions spatialisées d’Earle Brown (voir entrée précédente) de façon exclusive. Elles ont également été impliquées à une expérience connue sous le nom « The Mondrian Experiment » que A. Michael Noll a tenté dans les années soixante.
En fait, l’artiste américain a repris en 1965 le test qu’Alan M. Turing avait effectué en 1950 pour provoquer une réponse à la question « une machine peut-elle penser? » Confrontant un humain avec un autre humain et un ordinateur, le mathématicien britannique avait demandé en effet à ce premier de faire – à l’aveugle et selon leurs seules réponses dactylographiées – la différence entre humain et machine, pensée et calcul. (il est intéressant de noter ici que ce test s’inspirait d’un jeu alors populaire en Angleterre qui essayait pareillement d’établir la (non) différence des sexes, masculin et féminin).
Pour Noll, la question était cette fois-ci plutôt la suivante : « une machine peut-elle produire une peinture convaincante et, si oui, quel est l’écart entre cette peinture-là et une autre, qui serait peinte par un peintre plutôt que calculée par un ordinateur ? » Il a ainsi généré une image composée d’éléments pseudo-aléatoires mais similaires dans l’ensemble à la peinture Compositie in lijn de Piet Mondrian (1917).
Des copies xérographiques des deux images ont été présentées à 100 personnes dont la culture et le statut social étaient très variables. On leur a demandé de préciser laquelle de deux images ils préféraient et aussi laquelle leur semblait peinte par le peintre hollandais le plus probablement. 59 % des sujets questionnés ont trouvé que l’image générée par ordinateur était celle qui leur plaisait le plus. 72% ont dit que Mondrian était l’auteur de l’image calculée car elle était plus surprenante et plus savamment ordonnée.

Voici les deux images :


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A. Michael Noll, The Digital Computer as Creative Medium, in bit international 2, 1968,
source : Margit Rosen (ed.), A Little-Known History about a Movement, a Magazine, and the Computer’s Arrival in Art : New tendencies and bit international, 1961 – 1973, ZKM & MIT Press, Karlsruhe, 2011.

M.A.

Written by datadatablog

29/06/2011 à 23:07

Publié dans images/images

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :